Archives mensuelles : juillet 2009

Pêches pochées au romarin et blanc-manger aux amandes

Bon, j’avais dis que c’était la dernière, mais je rajoute ceci à la sauvette, pour parler du dessert que j’ai préparé hier pour un barbecue chez des amis… En fait, 2 desserts, mais légers et rapides comme tout !watermark

 

 

 

 

 

 

Photo libre de droit trouvée sur internet, je n’ai pas pris de photos des desserts hier !!!!

Pêche pochées au monbazillac et romarin : pour 4 personnes

  • 4 pêches
  • 75cl de monbazillac
  • 100gr de sucre cassonade ou de canne blond
  • 1 càs de romarin frais ou 1 belle branche
  1. Faire chauffer le vin avec le sucre et le romarin, laisser bouillir 10min.
  2. Pendant ce temps, peler les pêches puis les déposer dans le vin.
  3. Laisser à nouveau cuire 10min à feu moyen
  4. Retirer du feu, laisser refroidir et conserver au réfrigarteur quelques heures, voir une nuit.

Très frais, délicieux !!!! Il est proposé également dans le livre dont est issus cette recette (Petit Larousse des recettes de fruits du verger) de mixer la chair des pêches avec le jus et de servir ce mélange en apéro, à tester !!!

 

untitled2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Blanc-manger aux amandes : pour 6 à 8 personnes

  • 1 litre de lait
  • 125gr d’amandes en poudres
  • 125gr de sucre
  • 5feuilles de gélatine
  1. Faire chauffer le lait avec les amandes en poudre et le sucre. Dès que le lait frémit, le retirer du fin et laisser infuser minimum 20min.
  2. Filtrer le lait et appuyant bien sur les amandes dans la passoire ou le chinoi, pour extraire tout le lait parfumé.
  3. Faire chauffer un verre de lait aromatisé et faire fondre la gélatine dedans, puis remettre ce lait dans le reste de lait froid. Verser dans des moules ou des ramequins individuels, laisser refroidir puis entreposer une nuit au réfrigérateur.
  4. Servir frais, démoulé ou non…

Cette recette vient du dernier Saveur…

Publicités

Glace au yaourt et à la cerise

Et une dernière recette avant de LONGUUUUUUEEEEESSS vacances bien méritées !!!! Je serais de retour au boulot le 1er septembre, mais d’ici là, je vais essayer de poster 2-3 bricoles quand même !

Gros bisous à mes lecteurs réguliers, pas si nombreux, mais fidèles, et à un de ces jours !!!

100_3649100_3653

 

 

 

 

 

 

 

 

  • 400gr de cerises
  • 50gr de sucre
  • 1 citron
  • 20cl de crème liquide
  • 250gr de yaourt nature (donc 2 pots)
  1. Entreposer la crême, un bol et les fouets au congélateur
  2. Dénoyauter les cerises, les mixer avec les yaourts, le sucre et le jus du citron.
  3. Fouetter la crème en chantilly, l’ajouter délicatement au yaourt aux cerises.
  4. Mettre au frais puis faire prendre en sorbetière. Laisser prendre quelques heures au congélateur.

Une jolie recette de glace qui fait manger des fruits et des laitages en même temps ! Et avec quelques décorations en sucre, les enfants sont à la fête !!!

Saltimbocca de veau au fromage de chèvre et poire

Une drôle d’idée à nouveau, mais j’aime me lancer des défis, et je suis rarement déçue !!!

C’est le cas ici, où les classiques saltimboccas (escalopes de veau roulées avec lard ou autre charcuterie fumée, feuille de sauge et petite sauce au vin blanc ou marsala) sont associées au fromage de chèvre, à la poire et aux échalotes, un délice !!!! Demandez en des nouvelles à F. qui a quasiment terminé le plat à lui tout seul !

100_3640100_3647

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour 4 personnes :

  • 4 escalopes de veau fines
  • 1 bûche de fromage de chèvre (bien aussi avec du fromage de brebis)
  • 1 poire mûre
  • 8 feuilles de sauge
  • 8 tranches de lard fumé coupées très fin
  • 4 petites échalotes
  • 1 petit verre de vin blanc sec
  • 4 càs d’huile
  1. Hacher les échalotes, peler et couper la poire en 8 quartiers* épépinés. Couper la buche en deux puis une des moitié en 8 quartiers.
  2. Etaler les escalopes sur une planche et les aplatir au rouleau à patisserie, le plus fin possible. Les couper en 2 dans la longueur.
  3. Etaler une tranche de lard fumé, une feuille de sauge (2 si elles sont petites), un quartier de poire, un quartier de fromage. Poivrer. Rouler et faire tenir avec un cure-dent.
  4. Faire chauffer l’huile dans une grande poêle, ajouter les échalotes et faire revenir 2-3 minutes, puis ajouter les saltimboccas et faire dorer 10 minutes en les retournant.
  5. Ajouter le vin et couvrir 5 minutes et laissant bien mijoter la sauce.

A servir avec un risotta à la milanese, des pâtes ou de la polenta (ici au lait et pecorino) bien poivrées, et une tomate au four…

* On est bien d’accord, ce ne sont donc plus des quartiers, mais des « huitiers » ? des « octotiers » ?

Glace caramel aux pignons de pin

100_3612

Dans le genre gourmand, voici une recette qui se posé là !!! Si vous aimer les glaces pralinées, noisettes, tout ça… Si vous aimer le caramel.. .Alors testez l’association des deux, pour cette recette délicieuse et un peu élaborée (d’après le Prima cuisine gourmande de août-septembre, dont elle est issue) que mes cobayes habituels (A., F. et E. donc) ont adoré !!!

 

 

 

 

 

  •  4 jaunes d’oeufs (garder les blancs pour ça)
  • 30cl de crème liquide
  • 120gr de sucre en poudre
  • 1 càs de sucre glace
  • 50gr de pignons de pin

Et pour le caramel de pignon (déco)

  • 50gr de pignon
  • 50gr de sucre
  1. Mixer les pignons avec le sucrer glace jusqu’à obtenir une poudre fine. Ajouter 2 càs d’eau pour obtenir une pâte.
  2. Mettre la crème, le fouet et le bol du robot dans le congélateur
  3. Faire un caramel ambré avec les 120gr de sucre humidifié. Hors du feu, verser 4 càs d’eau froide et couvrir aussitot. Dès la fin des grésillements, remettre sur feu doux pour dissoudre le caramel (facultatif, je n’ai pas du passer par cette étape)
  4. Dans un saladier supportant la chaleur, battre les jeunes d’oeufs puis verser le caramel en filet. Placer dans un bain-marie frémissant et battre vigoureusement, les oeufs forment une jolie mousse. Battre jusqu’à ce que la crème forme des pics (comme un sabayon).
  5. Hors du feu, fouetter jusqu’à refroidissement. Ajouter la crème de pignons. Battre la crème froide en chantilly et l’ajouter délicatement au reste du mélange. Réserver jusqu’à complet refroidissement.
  6. Faire prendre en sorbetière.
  7. Pour le caramel au pignon : faire un caramel avec 50gr de sucre humidifié, ajouter les pignons puis étaler ce mélange sur une feuille de papier sulfurisé. Laisser refroidir. Casser le caramel en éclats.

Ricotta maison

Tant qu’on y est à faire tout à la maison, lançons nous dans le… fromage !

Voici une petite recette de « ricotta faite maison », simple et bluffante, pour un résultat franchement sympa !

Dégustée ici avec du muesli et du miel, au petit déjeuner, elle pourrait faire un malheur avec des herbes ou dans une recette de sauce, de lasagne, de bouchées, enfin, tout ce que vous voulez, bien sur !

100_3605100_3608

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette recette vient du blog Alter gusto, qui elle-même l’a découverte sur un autre blog, qui lui-même…Enfin, vous voyez !

Ingrédients pour obtenir environ 200 gr de ricotta :
– 1 litre de lait entier
– 10 cl de crème liquide entière
– 1 pincée de sel
– 2 c à s de vinaigre de pomme*

* Le vinaigre de pomme peut être remplacé par du jus de citron

  1. Mettre le lait, la crème et le sel dans une casserole. Faire chauffer, en tournant, à feu moyen jusqu’à ce que le mélange atteigne 80°C.
  2. Ajouter le vinaigre de pomme, ou le jus de citron. Mélanger. Baisser le feu et poursuivre la cuisson 1 à 2 minutes, sans faire bouillir. Des petits grumeaux se forment.
  3. Retirer du feu, couvrir la casserole d’un linge propre et laisser refroidir à température ambiante.
  4. Placer une passoire fine sur un récipient. Tapisser la passoire avec 2 ou 3 gazes superposées.
  5. Lorsque le mélange a refroidi, le verser dans la passoire. Laisser égoutter plusieurs heures au réfrigérateur. Vous pouvez presser un peu le fromage pour accélérer l’égouttage.

Commentaire de Altergusto, dont j’ai suivi les conseils :

« Je n’ai pas pressé le mien, je l’ai laissé égoutter environ une dizaine d’heures au réfrigérateur pour obtenir cette consistance. « 

Cette recette est très simple à réaliser et le résultat est assez proche de la ricotta (Elle surclasse l‘industrielle !). La qualité finale va dépendre de la qualité du lait et de la crème utilisés. Quant à la texture, la fermeté va varier en fonction du temps d’égouttage. »

« La prochaine fois, je teste avec du lait de brebis; Je vous raconterais »

« Surtout ne pas jeter le petit lait ! Il peut s’utiliser en remplacement du lait dans les recettes de gâteaux, pains, crêpes etc … J’ai testé avec succès, bientôt en ligne, une recette spéciale recyclage de petit lait »

Pâtes « à la syracuse » – Pasta alla siracusana

Une envie de pâte, de belles aubergines bien tentantes et voici une recette de sauce très gouteuse et qui change un peu…                                  

Cette recette est extraite d’un livre de cuisine pas très « fashion » mais très complet et bien utile quand on veut partir d’un ingrédient pour imaginer un plat de pasta  : Pasta Italia  , livre dont le postulat et de présenter les plats de pâtes, sauces etc par régions d’Italie, avec les particularités de chaque terroir, très intérressant …

100_3584     

                          100_3588

                      

 

 

 

 

 

 

 

Proposé dans le livre avec des macaronis courts, j’ai servi cette sauce avec ces droles de tortis longues, n’ayant que ça en stock avec les spaghettis classiques. C’est rigolo, non ?                       

  • 2 anchois saumurés, rincés
  • 2 càs de câpres saumurées, rincées
  • 40gr d’olives vertes
  • 2 gousses d’ail légerment écrasées mais entières
  • 6 càs d’huile d’olive
  • 2 aubergines coupées en dés
  • 500gr de grosses tomates pelées et préssées dans une passoire, ou 500gr de passata
  • sel et poivre noir fraichement moulu
  • 1 poivrons jaune coupés en très fines languettes
  • Les feuilles d’une branche de basilic
  • 300gr de macaroni ou autre
  • 60gr de pecorino (au poivre si possible), rapé
  1. Hacher finement les anchois et les capres. Denoyauter les olives et les broyer légérement.
  2. A feu moyen, faire sauter l’ail dans l’huile, jusqu’à ce qu’il soit doré de toutes parts. Jeter l’ail et ajouter l’aubergine dans l’huile, faire revenir 15 min.
  3. Ajouter les tomates, saler et poivrer. Laisser réduire 10min.
  4. Ajouter les poivrons, les olives, les capres et les anchois. Laisser à nouveau cuire 5-6min.
  5. Ajouter le basilic. Laisser mijoter brièvement.
  6. Servir la sauce avec les pâtes cuites al dente et le pecorino rapé.

Meringues parfaites !

Enfin, parfaites à mon gout, bien sur (bien croquantes mais pas dures, le milieu moelleux comme une barbe à papa)… Et à celui de mes schtroumpfs qui se sont régalé tout le w-e de ces petits bouts de nuages…

100_3580

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors, pour la petite histoire (s’en rappeleront les cobayes qui ont été amenés à gouter à mes pavlovas des dernières semaines) c’est mon troisième essais de meringue… Après une première fois où elles étaient bient trop dures et s’étaient un peu lamentablement étalées à la cuisson, après une deuxième tentative trop peu cuite où le milieu de la meringue, qui s’était également laissé allée, était « chewingumesque »… Voici la troisième tentative, sans maizena, sans vinaigre, sans artifice, juste des blancs d’oeufs et du sucre…

Dernier détail, j’ai réalisé ces meringues à partir de blancs d’oeufs congelés lors de la préparation d’un plat pour lequel je n’avais besoin que des jaunes (au pif, une crème anglaise pour de la glace, je crois)… Décongelé gentillement au frais, ils ont merveilleusement fait leur office…

Ah oui, et pour finir, je crois que le secret c de les battre suffisament, mais attention :  pas trop !!! Dès que la meringue est lisse et brillante, on arrête tout (le robot donc), on façonne ses meringues sur une plaque restée à l’extérieur du four pendant le préchauffage et on enfourne, longtemps, c vrai, mais qu’est ce que c’est bon !!!

100_3581

  • 4 blancs d’oeufs
  • 110gr de sucre semoule
  • 120gr de sucre impalpable tamisé
  1. Préchauffer le four à 110°, couvrir une plaque allant au four de papier sulfurisé.
  2. Battre les blancs d’oeufs au mixeur. Ajouter très progressivement le sucre, jusqu’à l’obtention d’une meringue lisse et brillante.
  3. Incorporer ensuite le sucre impalpable à la spatule ou maryse, très délicatement.
  4. Faconner des meringues rondes ou ovales sur la plaque.
  5. Faites les cuire 1h30 jusqu’à ce qu’elles soient croquantes et bien sèches. Couper le four et laisser refroidir dans le four légerement ouvert.

 

Vous pouvez ajouter un arome à ces meringues (vanille, café, cacao)et les conserver dans une boite hermétique.